Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de cbx41
  • Le blog de cbx41
  • : Photos de mes balades dans Paris (musées, parcs, jardins, sites, événements, manifestations diverses) et ailleurs, avec des vidéos de mes balades en France : Alpes, Bretagne, Essonne, Paris etc.. Mes lectures, qq citations ...
  • Contact

Rechercher

Visiteurs

  A ce jour 22/02/2017

      vous avez été

         1 156 953

   visiteurs uniques

  venant d'au moins

     194 contrées

 

Catégories

2 février 2017 4 02 /02 /février /2017 07:55

 

Résidence de l'impératrice Joséphine Bonaparte,

le château de Malmaison entouré de son parc

reste un témoin incontournable de l'Histoire de France et de la passion pour la botanique de la célèbre impératrice. 

 

Antoine-Ignace Melling, vue du parc de Malmaison
Antoine-Ignace Melling, vue du parc de Malmaison
Antoine-Ignace Melling, vue du parc de Malmaison

Anton Ignaz

(en français Antoine Ignace) Melling,

né le à Karlsruhe (Allemagne), mort le 25 août 1831,

est un architecte, peintre, graveur, dessinateur topographique et voyageur français appartenant à une famille originaire de Saint-Avold en Lorraine.

Sa biographie

Branche de lilas

par Milbert Père

Antoine-Ignace Melling, vue du parc de Malmaison
Antoine-Ignace Melling, vue du parc de Malmaison

Jacques-Gérard Milbert
(1766-1840),
Peintre et voyageur naturaliste, lithographe.
Professeur de dessin à l'école des Mines à partir de 1795, il participa en 1800 et 1815 à des voyages d'études à l'Ile de France et en Amérique du Nord.

Portrait de Jacques-Gérard Milbert en 1831 par Jean-Sébastien Rouillard  peintre français  (1789-1852).
Repost 0
Published by cbx41 - dans Malmaison
commenter cet article
1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 07:56

 

L'Inde

dont le nom officiel actuel est

la République de l'Inde,

est un grand pays d'Asie du Sud. Sa superficie est d'environ 3,1 millions de kilomètres carrés (soit 5,6 fois la France) et sa population est de 1,1 milliard d'habitants (soit 18 fois la population française).

New Delhi est la capitale de l'Union indienne.

La monnaie est la roupie indienne.

Jodhpur

(hindî : जोधपुर)

est l'ancienne capitale du Mârvar et la deuxième ville de l'Etat indien du Rajasthan en nombre d'habitants, après la capitale de l’Etat, Jaipur, dont elle est distante de 340 km.

Fondée en 1459 par Rao Jodha, chef du clan des Rathore (hindi : राठौड), Jodhpur est communément surnommée la ville bleue car la plupart des maisons de la vieille ville sont peintes de cette couleur. Le bleu indiquait que ces maisons appartenaient à des membres de la caste des brahmanes. Le bleu offre aussi l'avantage de protéger de la chaleur et de repousser les moustiques. Jodhpur est aussi appelée la cité du soleil en raison de l'exceptionnel ensoleillement dont elle jouit tout au long de l'année.

 

Drapeau de Jodhpur

Un palanquin

est une sorte de chaise, ou de litière, portée par des hommes ou par des animaux et dont les personnes importantes se servent, dans une grande partie de l'Asie, pour se faire transporter d’un lieu à un autre. Présent en Inde et en Chine depuis quelque deux mille ans, le palanquin se rencontre également au Japon, en Corée et au Ghana.

A la différence de la chaise à porteurs européenne, le palanquin est parfois porté par un grand nombre de porteurs, marquant ainsi le statut de son occupant.

Une variété de palanquin peut parfois être installée sur le dos d'animaux comme le dromadaire ou l'éléphant.

Sièges d'éléphant (palanquins et pinjas), musée de Mehrangarh (Jodhpur, Inde)

 

Sièges d'éléphant (palanquins et pinjas), musée de Mehrangarh (Jodhpur, Inde)
Sièges d'éléphant (palanquins et pinjas), musée de Mehrangarh (Jodhpur, Inde)

 

Sièges d'éléphant (palanquins et pinjas), musée de Mehrangarh (Jodhpur, Inde)
Sièges d'éléphant (palanquins et pinjas), musée de Mehrangarh (Jodhpur, Inde)
Sièges d'éléphant (palanquins et pinjas), musée de Mehrangarh (Jodhpur, Inde)

 

 

Repost 0
31 janvier 2017 2 31 /01 /janvier /2017 07:56

 

Le Mexique,

en forme longue les Etats-Unis mexicains,

en espagnol México et Estados Unidos Mexicanos,

est un pays situé dans la partie méridionale de l'Amérique du Nord.

Le Mexique est un pays cosmopolite, bouillonnant, multiple et fascinant. Une terre mythique, qui évoque tout à la fois le monde préhispanique, l’aventure, la révolution, les fêtes joyeuses et colorées. De nombreuses civilisations s’y sont succédé au fil des siècles, et furent d’une telle richesse que l’on peut passer toute une vie à étudier la science des Mayas, l’esthétisme des Olmèques, l’esprit sportif des Toltèques ou l’organisation militaire des Aztèques.

Le Mexique

Chichen Itza

fut une ville maya, mais elle présente beaucoup de symboles toltèques, au niveau de son art tout comme de ses constructions. En effet, elle fut envahie par les Toltèques aux alentours de 800 après J-C.

Les 2 cultures fusionnèrent, et c’est alors que le culte du dieu serpent à plume appelé Kukulcán naquit. Ce-dernier était connu sous le nom de Quetzalcóatl par les Toltèques et les Aztèques.

La plate-forme des Jaguars et des Aigles, Chichen Itza (Mexique)

 

La plate-forme des Jaguars et des Aigles, Chichen Itza (Mexique)

La plate-forme des Jaguars et des Aigles

De forme carrée, la plate-forme est équipée sur chacun de ses côtés, d'un escalier se terminant par une grande tête de serpent à plumes.

Les murs sont décorés de panneaux avec des bas-reliefs représentant des aigles ou des jaguars en train de dévorer des coeurs humains tandis que la corniche supérieure est ornée de guerriers couchés.

La plate-forme des Jaguars et des Aigles, Chichen Itza (Mexique)
La plate-forme des Jaguars et des Aigles, Chichen Itza (Mexique)
La plate-forme des Jaguars et des Aigles, Chichen Itza (Mexique)
La plate-forme des Jaguars et des Aigles, Chichen Itza (Mexique)
La plate-forme des Jaguars et des Aigles, Chichen Itza (Mexique)
La plate-forme des Jaguars et des Aigles, Chichen Itza (Mexique)
La plate-forme des Jaguars et des Aigles, Chichen Itza (Mexique)
La plate-forme des Jaguars et des Aigles, Chichen Itza (Mexique)
Repost 0
Published by cbx41 - dans Mexique
commenter cet article
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 07:55

 

Résidence de l'impératrice Joséphine Bonaparte,

le château de Malmaison entouré de son parc

reste un témoin incontournable de l'Histoire de France et de la passion pour la botanique de la célèbre impératrice. 

 

La grande serre chaude de Malmaison

fut commencée en 1804 pour l'impératrice Joséphine par l'architecte paysagiste Jean-Marie Morel (1728-1810) et achevée à la fin de 1805 sur les plans de Jean-Thomas Thibault (1757-1826) et de son associé Barthélemy Vignon (1762-1846).

C'était la première fois en France que le verre était utilisé sur une surface aussi importante ; la serre de Malmaison peut être considérée comme le précurseur des grandes architectures de verre et de métal du XIXe siècle. Elle mesurait environ 50 mètres de long sur 19 mètres de large et était partagée en deux sections distinctes :

  • la serre proprement dite, chauffée par douze grands poêles, dans laquelle pouvaient croître des arbres de 5 mètres de haut. Joséphine y cultivait des plantes comme le jasmin, mais aussi la rose, l'hortensia ou la violette de Parme ;
  • en retrait et attenant à celle-ci, un bâtiment abritant une suite de salons, dont un salon central en rotonde décoré par Louis-Martin Berthault en 1807, d'où il était possible de contempler les plantes rares en se reposant après la visite de la serre ; le pavillon était luxueusement décoré et meublé par les meilleurs artisans de l'époque tels le marbrier Gilet et l'ébéniste Jacob Desmalter.

 

Auguste Garnerey et Victor-Jean Nicolle, vues de la serre chaude de Malmaison
Auguste Garnerey et Victor-Jean Nicolle, vues de la serre chaude de Malmaison

L'aqueduc de Marly
 

Victor-Jean Nicolle

(1754-1826)

était un artiste français.

Nicolle est né à Paris . Il a révélé son talent pour les compositions paysagères à un âge précoce quand, en 1771, comme élève de l'Ecole royale de dessin, il a remporté le Prix Perspective.

Il a acquis une passion pour la représentation de l' architecture des ruines classiques et à la poursuite de cette passion il a embarqué dans un voyage à travers le sud de l'Europe - Italie ( Venise , Bologne , Florence , Naples et Rome ) ainsi que la France .

Fasciné par Rome, il y fit deux voyages, 1787-89 et 1806-11, pour dessiner les bâtiments.

Son travail constitue un historique historique et topographique important des milieux urbains.

Les compositions de Victor-Jean Nicolle comprennent des œuvres comme le Pont Neuf vu à travers une fenêtre circulaire du Louvre (peu de temps après 1808) qui illustre la vue prise depuis une des fenêtres circulaires derrière la colonnade de la façade est du Louvre, à Paris, D'où le titre de son œuvre.

Son travail constitue un historique historique et topographique important des milieux urbains.

Victor-Jean Nicolle, La Seine (le pont Neuf) vue du Louvre, 50,8 × 39,4 cm. Musée Carnavalet, Paris

Auguste Garnerey et Victor-Jean Nicolle, vues de la serre chaude de Malmaison
Auguste Garnerey et Victor-Jean Nicolle, vues de la serre chaude de Malmaison

Auguste-Siméon Garneray

(Paris, 1785-Paris, )

est un peintre, dessinateur, miniaturiste et aquarelliste français de style troubadour.

Elève de Jean-Baptiste Isabey, il devient professeur et est le maître d'Hortense de Beauharnais et, plus tard, de la duchesse de Berry.

Concepteur de costumes pour l'Opéra de Paris et pour le Théâtre-Français, on lui doit des aquarelles commandées par l'impératrice Marie-Louise pour une Histoire de Mlle de La Vallière, ainsi que des illustrations pour de nombreuses éditions.

Il participe au Salon de 1808 à 1824 et y présente de nombreuses toiles comme La reine Mathilde, Tombeau du marquis de Brézé, dans l'église cathédrale de Rouen, Aline, reine de Golconde, Vue de la chambre à coucher de madame la duchesse de B..., Portrait de Mme ***, dans sa bibliothèque, Intérieur de l'appartement de Mme la comtesse de ***, Guirlandes de roses d'espèces variées, Portrait de Mlle Pauline G..., Portrait de deux enfants de M. le comte de L..., dans le jardin de l'Elysée Bourbon, Tableau de fleurs, Portrait de la nièce de l'auteur, etc ...

D'un entretien coûteux, la serre fut démolie dès 1827.

Repost 0
Published by cbx41 - dans Malmaison
commenter cet article
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 07:56

 

L'Inde

dont le nom officiel actuel est

la République de l'Inde,

est un grand pays d'Asie du Sud. Sa superficie est d'environ 3,1 millions de kilomètres carrés (soit 5,6 fois la France) et sa population est de 1,1 milliard d'habitants (soit 18 fois la population française).

New Delhi est la capitale de l'Union indienne.

La monnaie est la roupie indienne.

Jodhpur

(hindî : जोधपुर)

est l'ancienne capitale du Mârvar et la deuxième ville de l'Etat indien du Rajasthan en nombre d'habitants, après la capitale de l’Etat, Jaipur, dont elle est distante de 340 km.

Fondée en 1459 par Rao Jodha, chef du clan des Rathore (hindi : राठौड), Jodhpur est communément surnommée la ville bleue car la plupart des maisons de la vieille ville sont peintes de cette couleur. Le bleu indiquait que ces maisons appartenaient à des membres de la caste des brahmanes. Le bleu offre aussi l'avantage de protéger de la chaleur et de repousser les moustiques. Jodhpur est aussi appelée la cité du soleil en raison de l'exceptionnel ensoleillement dont elle jouit tout au long de l'année.

 

Drapeau de Jodhpur

Un howdah,

tel que ceux utilisés par les princes de l'Inde, est un siège de bois formant deux compartiments, recouvert de feuilles d'argent et d'or, et fixé solidement sur le dos de l'éléphant. Le compartiment avant, qui offrait plus d'espace pour les jambes et une sécurité accrue offerte par une feuille de métal servant de protection, était en principe destiné aux rois ou aux altesses ; le compartiment arrière, plus petit, hébergeait des gardes du corps de confiance.

Le dessous du howdah, qui repose sur le dos de l'éléphant, en épouse la forme et repose sur une protection matelassée, destinée à protéger l'éléphant du frottement. Le howdah est solidement arrimé à l'éléphant par des sangles.

Sièges d'éléphant (howdah et tamzam), musée de Mehrangarh (Jodhpur, Inde)

 

Sièges d'éléphant (howdah et tamzam), musée de Mehrangarh (Jodhpur, Inde)
Sièges d'éléphant (howdah et tamzam), musée de Mehrangarh (Jodhpur, Inde)

 

Palanquin en forme de paon, Tamzam 

Sièges d'éléphant (howdah et tamzam), musée de Mehrangarh (Jodhpur, Inde)

 

Repost 0
28 janvier 2017 6 28 /01 /janvier /2017 07:56

 

Le Mexique,

en forme longue les Etats-Unis mexicains,

en espagnol México et Estados Unidos Mexicanos,

est un pays situé dans la partie méridionale de l'Amérique du Nord.

Le Mexique est un pays cosmopolite, bouillonnant, multiple et fascinant. Une terre mythique, qui évoque tout à la fois le monde préhispanique, l’aventure, la révolution, les fêtes joyeuses et colorées. De nombreuses civilisations s’y sont succédé au fil des siècles, et furent d’une telle richesse que l’on peut passer toute une vie à étudier la science des Mayas, l’esthétisme des Olmèques, l’esprit sportif des Toltèques ou l’organisation militaire des Aztèques.

Le Mexique

Chichen Itza

fut une ville maya, mais elle présente beaucoup de symboles toltèques, au niveau de son art tout comme de ses constructions. En effet, elle fut envahie par les Toltèques aux alentours de 800 après J-C.

Les 2 cultures fusionnèrent, et c’est alors que le culte du dieu serpent à plume appelé Kukulcán naquit. Ce-dernier était connu sous le nom de Quetzalcóatl par les Toltèques et les Aztèques.

La plate-forme de Vénus, Chichen Itza (Mexique)
La plate-forme de Vénus, Chichen Itza (Mexique)

La plate-forme de Vénus

est une structure quadrangulaire de 25 m de côté sur 4 m de hauteur avec un escalier sur chacun des côtés.

Les rampes sont terminées dans leur partie supérieure par des grandes têtes de serpents à plumes.

Sur les murs, des panneaux comportent des bas-reliefs dont les thèmes se rapportent à Vénus, planète étudiée par les astronomes mayas.

Les chroniqueurs espagnols rapportent que sur ces plateformes se déroulaient des spectacles.

La plate-forme de Vénus, Chichen Itza (Mexique)
La plate-forme de Vénus, Chichen Itza (Mexique)
La plate-forme de Vénus, Chichen Itza (Mexique)

La plate-forme de Vénus

présente, sur chacun de ses côtés, des serpents emplumés et des symboles de Quetzalcóatl-Kukulcán.

Aux angles, des glyphes du mois Pop par lequel commençait l'année et des symboles de Vénus, peut-être une représentation de la relation du calendrier solaire avec les cycles de Vénus. Cette représentation symbolique de Quetzalcóatl-Kukulcán fut l'une des plus vénérées par les peuples préhispaniques.

La plate-forme de Vénus, Chichen Itza (Mexique)

Quetzalcoatl

était à la fois un dieu et un homme. Il est généralement représenté sous la forme d’un puissant serpent.
Le nom même de Quetzalcóatl exprime sa double nature. C’est la combinaison de deux mots nahuatl, quetzal et coatl. Quetzal signifie « précieux » ou fait référence aux plumes sacrées de l’oiseau du même nom. Coatl signifie soit « jumeau », soit « serpent ».

Kukulkan est le nom de la divinité pan-mésoaméricaine du serpent à plumes dans la religion maya.

La plate-forme de Vénus, Chichen Itza (Mexique)
La plate-forme de Vénus, Chichen Itza (Mexique)
La plate-forme de Vénus, Chichen Itza (Mexique)
La plate-forme de Vénus, Chichen Itza (Mexique)
La plate-forme de Vénus, Chichen Itza (Mexique)
La plate-forme de Vénus, Chichen Itza (Mexique)
La plate-forme de Vénus, Chichen Itza (Mexique)
Repost 0
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 07:54

 

Résidence de l'impératrice Joséphine Bonaparte,

le château de Malmaison entouré de son parc

reste un témoin incontournable de l'Histoire de France et de la passion pour la botanique de la célèbre impératrice. 

 

Casoar de Nouvelle-Hollande (Gaëtan du Châtenet) et généalogie Bonaparte

Casoar de Nouvelle-Hollande

Oiseau coureur d'Australie, aux ailes très petites.

La famille des casuariidés ou Casuariidae comprend 3 espèces de casoars, très grands oiseaux ratites (struthioniformes), inaptes au vol.

Leur aire de répartition comprend surtout l'île de Nouvelle-Guinée, où ils sont les plus grands animaux terrestres. Une des trois espèces vit aussi sur la péninsule australienne du cap York.

Le nom de « casoar » est dérivé du malais kesuari.

 

 

Gaëtan Du Châtenet

Membre correspondant du Muséum national d'Histoire naturelle et expert auprès du Ministère des Relations extérieures, s'est toujours intéressé à la systématique des coléoptères et à leur écologie, et a travaillé au Laboratoire d'Entomologie du Muséum.

De nombreuses missions l'ont ensuite amené à parcourir l'Europe mais aussi l'Amérique du Sud, le Proche-Orient, les Seychelles, l'Afrique noire ou encore les Galapagos.

Entomologiste reconnu mais également peintre, Gaëtan du Châtenet est l'auteur de nombreux ouvrages de sciences naturelles.

De même, il a réalisé plusieurs velins pour la prestigieuse collection de velins du Muséum national d'Histoire naturelle.

Généalogie des Bonaparte

Casoar de Nouvelle-Hollande (Gaëtan du Châtenet) et généalogie Bonaparte

 

Casoar de Nouvelle-Hollande (Gaëtan du Châtenet) et généalogie Bonaparte
Casoar de Nouvelle-Hollande (Gaëtan du Châtenet) et généalogie Bonaparte
Repost 0
Published by cbx41 - dans Malmaison
commenter cet article
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 07:54

 

L'Inde

dont le nom officiel actuel est

la République de l'Inde,

est un grand pays d'Asie du Sud. Sa superficie est d'environ 3,1 millions de kilomètres carrés (soit 5,6 fois la France) et sa population est de 1,1 milliard d'habitants (soit 18 fois la population française).

New Delhi est la capitale de l'Union indienne.

La monnaie est la roupie indienne.

Jodhpur

(hindî : जोधपुर)

est l'ancienne capitale du Mârvar et la deuxième ville de l'Etat indien du Rajasthan en nombre d'habitants, après la capitale de l’Etat, Jaipur, dont elle est distante de 340 km.

Fondée en 1459 par Rao Jodha, chef du clan des Rathore (hindi : राठौड), Jodhpur est communément surnommée la ville bleue car la plupart des maisons de la vieille ville sont peintes de cette couleur. Le bleu indiquait que ces maisons appartenaient à des membres de la caste des brahmanes. Le bleu offre aussi l'avantage de protéger de la chaleur et de repousser les moustiques. Jodhpur est aussi appelée la cité du soleil en raison de l'exceptionnel ensoleillement dont elle jouit tout au long de l'année.

 

Drapeau de Jodhpur

 

Un howdah,

tel que ceux utilisés par les princes de l'Inde, est un siège de bois formant deux compartiments, recouvert de feuilles d'argent et d'or, et fixé solidement sur le dos de l'éléphant. Le compartiment avant, qui offrait plus d'espace pour les jambes et une sécurité accrue offerte par une feuille de métal servant de protection, était en principe destiné aux rois ou aux altesses ; le compartiment arrière, plus petit, hébergeait des gardes du corps de confiance.

Le dessous du howdah, qui repose sur le dos de l'éléphant, en épouse la forme et repose sur une protection matelassée, destinée à protéger l'éléphant du frottement. Le howdah est solidement arrimé à l'éléphant par des sangles.

Sièges d'éléphant (howdah), musée de Mehrangarh (Jodhpur, Inde)
Sièges d'éléphant (howdah), musée de Mehrangarh (Jodhpur, Inde)

 

Les howdah furent, à l'époque des maharadjahs, un moyen parfaitement adapté à la chasse au tigre pratiquée à dos d'éléphant. Outre le confort ainsi procuré pour se déplacer dans la jungle, ainsi que la possibilité d'avoir plusieurs personnes ensemble sur le même éléphant, la taille même et la force de l'éléphant procurait une protection importante contre les attaques du tigre, par rapport à la même chasse pratiquée à pied ou à cheval.

Il n'était pas rare cependant que les tigres attaquassent l'éléphant, tentant de grimper jusqu'au howdah pour s'en prendre directement aux chasseurs. Aussi était-il bon de disposer d'une arme de dernier recours pour tirer sur le tigre s'il venait à atteindre le howdah : c'est ce que l'on appelle un howdah pistol, un pistolet de howdah, imprécis, mais de très gros calibre.

Sièges d'éléphant (howdah), musée de Mehrangarh (Jodhpur, Inde)

 

Dans l'Inde d'autrefois, où furent employés des éléphants de guerre pour la première fois, la force d'un prince s'évaluait au nombre d'éléphants de guerre dont il disposait car les éléphants étaient l'équivalent des blindés modernes, écrasant l'armée ennemie, et enfonçant les défenses adverses. Les éléphants de guerre portaient sur leur dos un howdah, d'où des archers tiraient des flèches enflammées sur les troupes ennemies.

Sièges d'éléphant (howdah), musée de Mehrangarh (Jodhpur, Inde)

 

Sièges d'éléphant (howdah), musée de Mehrangarh (Jodhpur, Inde)

 

Repost 0
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 07:54

 

Le Mexique,

en forme longue les Etats-Unis mexicains,

en espagnol México et Estados Unidos Mexicanos,

est un pays situé dans la partie méridionale de l'Amérique du Nord.

Le Mexique est un pays cosmopolite, bouillonnant, multiple et fascinant. Une terre mythique, qui évoque tout à la fois le monde préhispanique, l’aventure, la révolution, les fêtes joyeuses et colorées. De nombreuses civilisations s’y sont succédé au fil des siècles, et furent d’une telle richesse que l’on peut passer toute une vie à étudier la science des Mayas, l’esthétisme des Olmèques, l’esprit sportif des Toltèques ou l’organisation militaire des Aztèques.

Le Mexique

Chichen Itza

fut une ville maya, mais elle présente beaucoup de symboles toltèques, au niveau de son art tout comme de ses constructions. En effet, elle fut envahie par les Toltèques aux alentours de 800 après J-C.

Les 2 cultures fusionnèrent, et c’est alors que le culte du dieu serpent à plume appelé Kukulcán naquit. Ce-dernier était connu sous le nom de Quetzalcóatl par les Toltèques et les Aztèques.

Le mur des crânes (tzompantli) et chac-mool, Chichen Itza (Mexique)
Le mur des crânes (tzompantli) et chac-mool, Chichen Itza (Mexique)

Le mur des Crânes (tzompantli)

Le culte de la vie par la mort se retrouve sur les murs de cette plate-forme couverte de têtes de morts, représentation en pierre des monuments élaborés avec des crânes humains enfilés sur des pieux (tzompantli).

Sans doute était-ce ici le lieu où l'on exposait au public les têtes des victimes sacrifiés.

Sur un mur en talus repose un panneau encadré de deux corniches; celle du haut est décorée de crânes en bas-reliefs fichés sur des pieux; les corniches sont surmontées de serpents, d'aigles en train de manger des coeurs, de guerriers et de serpents à plumes, où l'on voit l'influence du centre du Mexique. Il a été probablement érigé durant la domination des Cocomes, plus particulièrement de leurs capitaines mercenaires, originaires du Haut Plateau, lors de la seconde période guerrière de la cité.

Le tzompantli possède une structure en "T". il est orné à la base de trois panneaux représentant des squelettes, séparés par des moulures. Au total, on a recensé plus de 500 squelettes sculptés en haut-relief.

Les mésoaméricains exposaient parfois les têtes coupées de leurs ennemis. La représentation en pierre de cette pratique se nomme tzompantli.

Référence

Le mur des crânes (tzompantli) et chac-mool, Chichen Itza (Mexique)
Le mur des crânes (tzompantli) et chac-mool, Chichen Itza (Mexique)
Le mur des crânes (tzompantli) et chac-mool, Chichen Itza (Mexique)
Le mur des crânes (tzompantli) et chac-mool, Chichen Itza (Mexique)
Le mur des crânes (tzompantli) et chac-mool, Chichen Itza (Mexique)

Stands de marchands d'artisanat

Le mur des crânes (tzompantli) et chac-mool, Chichen Itza (Mexique)
Le mur des crânes (tzompantli) et chac-mool, Chichen Itza (Mexique)
Le mur des crânes (tzompantli) et chac-mool, Chichen Itza (Mexique)

Le chac-mool était un intermédiaire entre l'homme et les dieux.

Le terme Chac Mool a été inventé en 1875 par l'explorateur Auguste Le Plongeon ( photographe, antiquaire et archéologue amateur franco-américain, né le 4 mai 1825 à Jersey et décédé le 13 décembre 1908 à New York) pour désigner un type de statue trouvé à Chichen Itza. Ce nom éminemment fantaisiste, signifie « grand jaguar rouge » en maya yucatèque.

Ce type de statues fait son apparition en Mésoamérique au début du Postclassique et est associé aux Toltèques.

Le chac-mool le plus connu et le mieux conservé a été retrouvé en 1943 en dehors du centre cérémoniel de Tenochtitlan, d'où il pourrait avoir été retiré après la conquête espagnole.

La sculpture représente un homme couché, s'appuyant sur ses coudes, les jambes repliées et la tête tournée à 90 degrés vers le côté. Il tient un plateau sur le ventre.

Le visage porte un masque de Tlaloc, dieu aztèque de l'eau.. Plutôt qu'un plateau, il tient dans ses mains un « cuauhxicalli » (vase destiné à recevoir le cœur des victimes sacrifiées) typiquement aztèque, mais au lieu d'être creux, il a un sommet plat décoré lui aussi d'un masque de Tlaloc. Enfin, la base du monument est également décorée d'un Tlaloc.

La théorie la plus courante est que le plateau est destiné à recevoir le cœur des victimes sacrifiées. Le Chac Mool servait aussi probablement de « techcatl » (autel sacrificiel).

Le mur des crânes (tzompantli) et chac-mool, Chichen Itza (Mexique)
Repost 0
Published by cbx41 - dans Mexique
commenter cet article
24 janvier 2017 2 24 /01 /janvier /2017 07:56

 

Résidence de l'impératrice Joséphine Bonaparte,

le château de Malmaison entouré de son parc

reste un témoin incontournable de l'Histoire de France et de la passion pour la botanique de la célèbre impératrice. 

 

Tangara du Canada (Louis Pierre Vieillot) et Veuve dominicaine
Tangara du Canada (Louis Pierre Vieillot) et Veuve dominicaine

 

Tangara du Canada (Louis Pierre Vieillot) et Veuve dominicaine

 

 

Louis Jean Pierre Vieillot,

né le 10 mai 1748 à Yvetot et mort en 1831 à Rouen,

est un ornithologue français.

Sa famille ayant des intérêts dans l'île de Saint-Domingue, Louis Vieillot y passe une grande partie de sa jeunesse.

Banni de France durant la Révolution, il se réfugie aux Etats-Unis où il étudie la faune aviaire. C'est de ce séjour qu'est tiré l'ouvrage, incomplet Les Oiseaux de l'Amérique septentrionale (1808).

De retour en France en 1800 (ou 1801), il occupe un modeste emploi au Bulletin des Lois. Dans les années qui suivent, Vieillot fait paraître une Histoire des oiseaux dorés ou à reflets métalliques (1802) et une Histoire naturelle des plus beaux oiseaux chanteurs de la zone torride (1805).

En 1802, en collaboration avec Jean Baptiste Audebert, il publie également une Histoire naturelle et générale des colibris, oiseaux-mouches, jacamars et promerops suivie d'une Histoire naturelle et générale des grimpereaux et des oiseaux de paradis.

L'Analyse d'une nouvelle ornithologie élémentaire paraît en 1816 où Vieillot tente de devancer certains travaux de Georges Cuvier. Il participe activement au Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle (1803-1819).

Vieillot est l'un des premiers ornithologues à étudier les modifications du plumage. Il tirait ses observations d'oiseaux morts mais aussi du travail de terrain. Il a décrit un grand nombre d'espèces nouvelles, notamment en provenance des Antilles et de l'Amérique du Nord. Il ne peut achever son Ornithologie française, ou Histoire naturelle, générale et particulière des oiseaux de France dont la parution commence en 1823 et s'interrompt par la mort de son auteur.

Il meurt oublié et dans la plus grande misère en 1831 à Rouen. Cependant plusieurs espèces d'oiseaux ont été nommées en son honneur, des noms scientifiques, comme le Lybius vieilloti et le Saurothera vieilloti, ou des noms vernaculaires comme le moucherolle de Vieillot.

Référence

Anselme Gaëtan Desmarest

( à Paris – à Alfort)

est un zoologiste français, fils du géologue Nicolas Desmarest (1725-1815).

Il fait ses études à l’Ecole centrale, puis au Prytanée. Protégé par Lacépède (1756-1825), élève de Georges Cuvier (1769-1832) et Alexandre Brongniart (1770-1847), il consacre ses loisirs à l’histoire naturelle.

A partir de 1814, il enseigne la zoologie à l'Ecole vétérinaire d'Alford. En 1820, il devient membre de l’Académie de médecine.

Anselme Gaëtan Desmarest fait paraître de nombreuses publications sur les fossiles. Il est également l'auteur d’Histoire Naturelle des Tangaras, des Manakins et des Todiers (1805), de Considérations générales sur la classe des crustacés (1825) et d'un Dictionnaire des Sciences Naturelles (1816-1830), avec André Marie Constant Duméril (1774-1860).

Il est le père de l'entomologiste Eugène Anselme Sébastien Léon Desmarest (1816-1889).

Le genre d’algue brune Desmarestia est nommé en honneur de Desmarest. Indirectement, la famille des Desmarestiaceae et l’ordre des Desmarestiales dont fait partie le genre d’algues sont également derivés de son nom.

 

Repost 0
Published by cbx41 - dans Malmaison
commenter cet article