Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Le musée Daubigny

est situé au cœur de la commune d’Auvers-sur-oise, dans un manoir du XVIIe siècle, face à l’auberge Ravoux où Vincent van Gogh a vécu ses derniers instants. 

En se promenant sur le chemin des peintres, les visiteurs peuvent  découvrir les œuvres de Charles François Daubigny (1817-1878), l’un des pères fondateurs de l’impressionnisme.

 

Auvers-sur-Oise

est une commune française située dans le département du Val-d'Oise en région Île-de-France.

Blason

D'argent de deux arches maçonné de sable posé sur une rivière d'azur mouvant de la pointe, surmonté de deux écussons, à dextre d'azur semé de fleurs de lis d'or, à senestre de gueules au sautoir d'or.

 

Le grand cavalier sous bois

Un cliché-verre est un procédé photographique combinant le dessin, la gravure et la photographie : il s'agit d'une méthode pour graver, peindre ou dessiner en négatif sur une surface transparente, telle que du verre ou un film, et obtenir en positif l'image résultante sur un papier photosensible par tirage contact.

Le principe est le suivant : une plaque de verre est recouverte d'un vernis sur lequel l'artiste grave son dessin, puis la plaque est déposée sur un papier photosensible. Après un temps d'insolation, le papier photosensible est plongé dans un révélateur, qui fait apparaître le dessin en positif, et enfin fixé.

Le cliché-verre a été l'une des premières façons de reproduire des dessins avant l'avènement de l'appareil photo mais découle du daguerréotype (inventé en 1839). Comme précurseur de la photographie, le cliché-verre pouvait représenter de façon très précise un graphisme, toutefois sans les variations de ton disponibles dans la photographie moderne.

Jean-Baptiste Corot, Le grand cavalier sous bois (cliché-verre)

 

Jean-Baptiste Corot, Le grand cavalier sous bois (cliché-verre)

Jean-Baptiste Camille Corot né le 16 juillet 1796 à Paris où il est mort le 22 février 1875, est un peintre et graveur français.

Il passa longtemps pour un peintre amateur qui avait tout loisir de voyager non seulement un peu partout en France, mais aussi en Italie, où il résida à trois reprises.

Corot la palette à la main (vers 1830)

Tag(s) : #Musée Daubigny

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :