Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de cbx41
  • Le blog de cbx41
  • : Photos de mes balades dans Paris (musées, parcs, jardins, sites, événements, manifestations diverses) et ailleurs, avec des vidéos de mes balades en France : Alpes, Bretagne, Essonne, Paris etc.. Mes lectures, qq citations ...
  • Contact

Rechercher

Visiteurs

  A ce jour 21/07/2017

      vous avez été

         1 167 359  

 visiteurs uniques

  venant d'au moins

     194 contrées

 

Catégories

30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 07:55

 

Résidence de l'impératrice Joséphine Bonaparte,

le château de Malmaison entouré de son parc

reste un témoin incontournable de l'Histoire de France et de la passion pour la botanique de la célèbre impératrice. 

 

La grande serre chaude de Malmaison

fut commencée en 1804 pour l'impératrice Joséphine par l'architecte paysagiste Jean-Marie Morel (1728-1810) et achevée à la fin de 1805 sur les plans de Jean-Thomas Thibault (1757-1826) et de son associé Barthélemy Vignon (1762-1846).

C'était la première fois en France que le verre était utilisé sur une surface aussi importante ; la serre de Malmaison peut être considérée comme le précurseur des grandes architectures de verre et de métal du XIXe siècle. Elle mesurait environ 50 mètres de long sur 19 mètres de large et était partagée en deux sections distinctes :

  • la serre proprement dite, chauffée par douze grands poêles, dans laquelle pouvaient croître des arbres de 5 mètres de haut. Joséphine y cultivait des plantes comme le jasmin, mais aussi la rose, l'hortensia ou la violette de Parme ;
  • en retrait et attenant à celle-ci, un bâtiment abritant une suite de salons, dont un salon central en rotonde décoré par Louis-Martin Berthault en 1807, d'où il était possible de contempler les plantes rares en se reposant après la visite de la serre ; le pavillon était luxueusement décoré et meublé par les meilleurs artisans de l'époque tels le marbrier Gilet et l'ébéniste Jacob Desmalter.

 

Auguste Garnerey et Victor-Jean Nicolle, vues de la serre chaude de Malmaison
Auguste Garnerey et Victor-Jean Nicolle, vues de la serre chaude de Malmaison

L'aqueduc de Marly
 

Victor-Jean Nicolle

(1754-1826)

était un artiste français.

Nicolle est né à Paris . Il a révélé son talent pour les compositions paysagères à un âge précoce quand, en 1771, comme élève de l'Ecole royale de dessin, il a remporté le Prix Perspective.

Il a acquis une passion pour la représentation de l' architecture des ruines classiques et à la poursuite de cette passion il a embarqué dans un voyage à travers le sud de l'Europe - Italie ( Venise , Bologne , Florence , Naples et Rome ) ainsi que la France .

Fasciné par Rome, il y fit deux voyages, 1787-89 et 1806-11, pour dessiner les bâtiments.

Son travail constitue un historique historique et topographique important des milieux urbains.

Les compositions de Victor-Jean Nicolle comprennent des œuvres comme le Pont Neuf vu à travers une fenêtre circulaire du Louvre (peu de temps après 1808) qui illustre la vue prise depuis une des fenêtres circulaires derrière la colonnade de la façade est du Louvre, à Paris, D'où le titre de son œuvre.

Son travail constitue un historique historique et topographique important des milieux urbains.

Victor-Jean Nicolle, La Seine (le pont Neuf) vue du Louvre, 50,8 × 39,4 cm. Musée Carnavalet, Paris

Auguste Garnerey et Victor-Jean Nicolle, vues de la serre chaude de Malmaison
Auguste Garnerey et Victor-Jean Nicolle, vues de la serre chaude de Malmaison

Auguste-Siméon Garneray

(Paris, 1785-Paris, )

est un peintre, dessinateur, miniaturiste et aquarelliste français de style troubadour.

Elève de Jean-Baptiste Isabey, il devient professeur et est le maître d'Hortense de Beauharnais et, plus tard, de la duchesse de Berry.

Concepteur de costumes pour l'Opéra de Paris et pour le Théâtre-Français, on lui doit des aquarelles commandées par l'impératrice Marie-Louise pour une Histoire de Mlle de La Vallière, ainsi que des illustrations pour de nombreuses éditions.

Il participe au Salon de 1808 à 1824 et y présente de nombreuses toiles comme La reine Mathilde, Tombeau du marquis de Brézé, dans l'église cathédrale de Rouen, Aline, reine de Golconde, Vue de la chambre à coucher de madame la duchesse de B..., Portrait de Mme ***, dans sa bibliothèque, Intérieur de l'appartement de Mme la comtesse de ***, Guirlandes de roses d'espèces variées, Portrait de Mlle Pauline G..., Portrait de deux enfants de M. le comte de L..., dans le jardin de l'Elysée Bourbon, Tableau de fleurs, Portrait de la nièce de l'auteur, etc ...

D'un entretien coûteux, la serre fut démolie dès 1827.

Partager cet article

Repost 0
Published by cbx41 - dans Malmaison
commenter cet article

commentaires

Josiane 30/01/2017 20:57

Du coup je pense aux serres d'Auteuil toujours sans réelle solution.

cbx41 31/01/2017 08:06

D'après le journal Le Parisien des travaux ont déjà commencé mais l'affaire est toujours devant la justice >>> http://www.leparisien.fr/paris-75/serres-d-auteuil-c-est-parti-pour-le-grand-chantier-19-12-2016-6474081.php