Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de cbx41
  • Le blog de cbx41
  • : Photos de mes balades dans Paris (musées, parcs, jardins, sites, événements, manifestations diverses) et ailleurs, avec des vidéos de mes balades en France : Alpes, Bretagne, Essonne, Paris etc.. Mes lectures, qq citations ...
  • Contact

Rechercher

Visiteurs

  A ce jour 17/10/2017

      vous avez été

         1 173 397   

 visiteurs uniques

  venant d'au moins

     194 contrées

 

Catégories

8 novembre 2015 7 08 /11 /novembre /2015 07:59

 

Lyon 

est une commune située au confluent du Rhône et de la Saône. C'est le chef-lieu de la métropole de Lyon, région Rhône-Alpes, et le siège du département du Rhône.

Ancienne capitale des Gaules au sein de l'Empire romain, Lyon est le siège d'un archevêché dont le titulaire porte le titre de primat des Gaules.

 

De gueules au lion rampant, lampassé d'argent au chef d'azur chargé de trois fleurs de lys d'or

Le cri de guerre de la ville de Lyon (en francoprovençal) attesté depuis 1273 est : 

Avant, Avant, Lion le melhor. 

Le Musée des Confluences

est un musée d'histoire naturelle et des sociétés, à Lyon.

Situé au confluent du Rhône et de la Saône, le musée a ouvert ses portes le 20 décembre 2014. Il est l'héritier du musée Guimet de Lyon. Il en reprend les collections et a pour vocation de compléter son fonds par des acquisitions. Il fait l'objet de dépots et prêts de musées et institutions diverses (musées d'art et de la culture, jardins botaniques, fondations, congrégations religieuses...) pour ses espaces d'exposition temporaires et permanentes.

Aye-Aye (Madagascar), Dodo (Ile Maurice), Dugong (Australie) et Rhytine de Steller (Iles du Commandeur)
Aye-Aye (Madagascar), Dodo (Ile Maurice), Dugong (Australie) et Rhytine de Steller (Iles du Commandeur)
Aye-Aye (Madagascar), Dodo (Ile Maurice), Dugong (Australie) et Rhytine de Steller (Iles du Commandeur)

L'aye-aye est un lémurien unique en son genre. En effet il possède des incisives semblables à celles des rongeurs, des oreilles ressemblant à celles des chauves-souris, et une queue semblable à celle des écureuils. Son pelage est brun à brun foncé, mais son visage est de couleur claire, avec néanmoins le contour des yeux qui est brun.

Caractéristiques physiques :
Son corps mesure 30 à 37 cm, et sa queue 44 à 53 cm.
Son poids moyen est de 2,5 kg.
Son espérance de vie est de 20 ans environ.

Régime : Herbivore
Il se nourrit de divers fruits, de nectar, de graines et de champignons

Statut de conservation IUCN : En danger
Il est menacé par la destruction de son habitat et par sa traque car il est considéré comme un symbole de la mort, d'après une croyance locale. 

Aye-Aye (Madagascar), Dodo (Ile Maurice), Dugong (Australie) et Rhytine de Steller (Iles du Commandeur)
Aye-Aye (Madagascar), Dodo (Ile Maurice), Dugong (Australie) et Rhytine de Steller (Iles du Commandeur)
Aye-Aye (Madagascar), Dodo (Ile Maurice), Dugong (Australie) et Rhytine de Steller (Iles du Commandeur)

Le Dodo est l'animal emblématique de l'île Maurice, bien que cet oiseau ai été exterminé.
Le dodo était un oiseau de la taille d'un dindon, pesant environ 20 kg et mesurant à peu prés 1 mètre.
Il était court sur ses pattes avec un bec recourbé, il vivait autrefois sur l'île Maurice, dans l'archipel des Mascareignes.
Du fait de l'absence de prédateurs, il avait perdu son aptitude au vol. 

Les Mauriciens l'ont surnommé Dodo à cause de ses mouvements maladroits.

Il construisait son nid en pyramide à même le sol, grâce aux feuilles du palmier. Il pondait un seul œuf dans le nid qui était à tour de rôle couvé par les parents car le petit prenait du temps à se développer. La durée de vie, était, au minimum 30 ans. Malheureusement, comme le nid était construit à même le sol, les petits du dodo bénéficiaient de peu de protection contre l'introduction des prédateurs tels que les chiens et les cochons sauvages. L'œuf du dodo était souvent piétiné et mangé par ces animaux.

Le dernier dodo est mort en 1681. La reconstitution de cet animal disparu peut-être admirée au musée d'Histoire Naturelle à Port-Louis grâce à un naturaliste qui en 1865 découvrît un squelette complet du dodo près de Plaisance.

Aye-Aye (Madagascar), Dodo (Ile Maurice), Dugong (Australie) et Rhytine de Steller (Iles du Commandeur)
Aye-Aye (Madagascar), Dodo (Ile Maurice), Dugong (Australie) et Rhytine de Steller (Iles du Commandeur)
Aye-Aye (Madagascar), Dodo (Ile Maurice), Dugong (Australie) et Rhytine de Steller (Iles du Commandeur)
Aye-Aye (Madagascar), Dodo (Ile Maurice), Dugong (Australie) et Rhytine de Steller (Iles du Commandeur)

Le dugong (Dugong dugon, du malais duyung) est une espèce de mammifère marin au corps fuselé, vivant sur les littoraux de l'océan Indien et de l'océan Pacifique ouest. Il fait partie, avec les trois espèces de lamantins, de l'ordre des siréniens. C'est l'une des rares espèces de mammifères filtreurs, c'est-à-dire se nourrissant en filtrant l'eau et le sédiment superficiel (à la différence des cétacés à fanons qui se nourrissent en pleine eau).

Le dugong a un grand corps cylindrique qui s’effile aux deux extrémités. La peau dont les tons varient du brun au gris, et qui peuvent changer en fonction de la présence d’algues, est épaisse et lisse. Il est couvert de poils courts qui permettent d’évaluer son environnement. Les yeux, placés de part et d’autre de la partie supérieure d’un long et large crâne, sont petits. Le sirénien possède une lèvre supérieure large et mobile en forme de fer à cheval, ornée de vibrisses. Elle sert à la recherche de nourriture. Les palmes de la nageoire caudale sont semblables à celle des cétacés et présentent un sillon en leur centre. 

La maturité sexuelle pour un dugong a lieu aux alentours de 10 ans. La femelle a un petit tous les 4 à 5 ans. Après une gestation de 12 à 14 mois, la femelle met bas un seul petit qui mesure 1,20 m, pèse 20 à 35 kg et ne sera sevré (fin de la lactation) que 18 mois plus tard.

Les menaces qui pèsent sur le dugong sont de plusieurs natures.

De nombreux spécimens sont gravement blessés par les hélices des navires, d’autres sont chassés pour leur chair, mais la dégradation de leurs habitats et la disparition des herbiers suite à des ouragans ou des inondations, ainsi que la faible natalité, contribuent à mettre l’espèce en danger. L’interdiction de chalutage dans les zones d’herbiers et la préservation de sites exempts de polluants peuvent contribuer à maintenir des populations.

Mais partout où vit cet animal, ce sont les activités humaines, commerciales, industrielles et mêmes militaires, qui mettent en péril la pérennité des populations.

Aye-Aye (Madagascar), Dodo (Ile Maurice), Dugong (Australie) et Rhytine de Steller (Iles du Commandeur)
Aye-Aye (Madagascar), Dodo (Ile Maurice), Dugong (Australie) et Rhytine de Steller (Iles du Commandeur)
Aye-Aye (Madagascar), Dodo (Ile Maurice), Dugong (Australie) et Rhytine de Steller (Iles du Commandeur)

La rhytine de Steller (Hydrodamalis gigas), aussi connue sous le nom de vache de mer, était un grand mammifère marin, appartenant à la famille des dugongidés, qui vivait dans les eaux arctiques proches de l'île Béring et de l'île Medny. La découverte de nombreux fossiles indique que l'on trouvait, avant l'apparition de l'homme, des rhytines tout autour des côtes du Pacifique nord, du Mexique, aux Aléoutiennes et jusqu'au Japon.

Elle a disparu au XVIIIe siècle, peu après sa découverte.

La rhytine pouvait faire jusqu’à 8 mètres de long et peser près de 11 tonnes, ce qui la rendait bien plus grande que ses cousins le lamantin et le dugong. Elle ressemblait un peu à un phoque géant, mais sa nageoire caudale était assez proche de celle de la baleine. A l’avant du corps, deux membres de petite taille lui servaient à se déplacer.

Selon Steller, son découvreur, sa peau était très épaisse, d’un noir basané, avec quelquefois de grandes taches plus claires, et était dotée de nombreux replis cutanés, auxquels la rhytine doit son nom (rhytine provient en effet d’un mot grec signifiant plissement). Elle n’avait pas de dents, mais deux grosses plaques masticatrices en corne qui lui servaient à broyer les algues dont elle se nourrissait.

Comme les autres siréniens, la rhytine vivait en solitaire ou en petits groupes.
Cet animal était exclusivement herbivore, et se nourrissait de diverses algues poussant à faible profondeur.

Partager cet article

Repost 0

commentaires